Les Maladies Respiratoires

La maladie respiratoire traite les maladies des poumons et du système respiratoire général telles que ; l’asthme, l’embolie pulmonaire, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), la pneumonie, la bronchite, la toux chronique, les maladies allergiques, la tuberculose. Pour le diagnostic et le traitement de ces maladies, des techniques telles que les rayons X, la tomodensitométrie (TDM), les tests de la fonction pulmonaire, les tests sanguins et les analyses de selles peuvent être utilisées. Le tabagisme est la première cause des maladies respiratoires, qui affecte négativement le processus de traitement et est un facteur qui doit être éliminé pendant le traitement. Pour cette raison, les médecins spécialistes assistent les patients sur des sujets tels que les méthodes de sevrage et la dépendance au tabac. Les pneumologues travaillent dans le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies de manière multidisciplinaire avec d’autres spécialités lorsqu’il est nécessaire.

L’Embolie Pulmonaire

Akciger Embolisi Vimfay

L’embolie se produit lorsque les caillots formés dans les veines se déplacent vers une autre partie du corps et provoquent une occlusion vasculaire . Dans certains cas, ce blocage peut se produire dans plus d’une veine, qui peut aussi être causé par air ou du gras au lieu d’un caillot . L’embolie pulmonaire est une maladie qui peut provoquer des maladies très graves et potentiellement mortelles. Les embolies sont principalement causées par trois raisons. La première est l’endommagement du tissu formant les surfaces internes des vaisseaux. La deuxième est le ralentissement et l’arrêt du flux sanguin dans les veines. Et la dernière est la tendance de coagulation. Ces caillots se forment généralement dans les veines de la jambe et du pieds. Les problèmes de varices augmentent également le risque de formation de caillots. D’autre causes telles que les longues périodes d’inactivité, certaines interventions chirurgicales, certains médicaments, les changements de pression, les maladies cancéreuses, les prédispositions génétiques, le poids excessif et le tabagisme peuvent entrainer la maladie. Lorsque l’embolie se développe dans les vaisseaux pulmonaires, des symptômes tels qu’un essoufflement soudain, des palpitations cardiaques et des expectorations sanglantes peuvent survenir. Dans les cas où l’embolie se développe dans les gros vaisseaux, des symptômes tels que des douleurs thoraciques intenses, une sensation de pression et des évanouissements peuvent apparaitre. L’embolie pulmonaire peut provoquer une crise cardiaque dans les cas où il se développe dans plus d’un vaisseau. Pour cette raison, les personnes qui présentent des symptômes d’embolie doivent être contrôlées par des spécialistes dès que possible. La première étape du diagnostic d’embolie pulmonaire est le test du sang. Le patient ayant des résultats qui peuvent être associés à l’embolie doit subir des tests et des paramètres sanguins tels que le D-dimère, ALAT (ou SGPT) et ASAT (SGOT), qui seront examinés et interprétés par le médecin. Dans les cas où la suspicion d’embolie persiste, une tomographie pulmonaire médicamenteuse peut être fait pour déterminer dans quelle occlusion se développe l’embolie. Afin de déterminer la source du caillot, une évaluation échographique des veines des jambes et des pieds doit être effectuée. Après tous les tests et examens, une procédure de traitement est créée par le médecin en fonction des caractéristiques du patient. Les caractéristiques des emboles sont importantes pour la détermination de la procédure de traitement. Dans les cas d’une obstruction légère, la dispersion du caillot avec un traitement médicamenteux peut être préférée. Dans les situations où cela ne n’est pas suffisant, le caillot peut être rompu avec un cathéter. Lorsqu’il y a un niveau avancé de coagulation et d’occlusion dans la veine, un traitement chirurgical peut être préféré pour retirer le caillot. Les patients qui ont survécu à une embolie pulmonaire doivent éviter la récidive de la maladie en prêtant attention aux facteurs qui peuvent présenter un futur risque d’embolie.

La Pneumonie

Pnomoni Zaturre Vimfay

La pneumonie est une inflammation des alvéoles pulmonaires en raison d’infection virale, bactérienne et fongique. Bien que la pneumonie puisse avoir de différentes causes, la majorité des cas sont causés par un type de bactérie appelé streptococcus pneumoniae (pneumocoque). D’autres types qui peuvent provoquer une pneumonie sont ; le coronavirus, la grippe, le rhinovirus et l’adénovirus. Parmi ces virus, le virus respiratoire syncytial (VRS) touche particulièrement les enfants. Ainsi, la protection des enfants contre la pneumonie est vitale. La pneumonie est l’une des principales causes de décès chez les enfants âgés de 0 à 4 ans. En outre, la pneumonie présente un grand risque, en particulier chez les patients de plus de 65 ans, les personnes atteintes de maladies pulmonaires telles que la MPOC, les personnes souffrant de maladies cardiaques et les femmes enceintes. Il est très important que ces groupes à risque se protègent contre la pneumonie. La pneumonie est une maladie hautement contagieuse et peut être transmise par les éternuements, la toux et le contact. Cependant, il existe aujourd’hui des vaccins contre la pneumonie pour la prévention de la maladie. La vaccination contre la pneumonie est d’une grande importance pour réduire les facteurs de risque de la maladie, en particulier pour les groupes vulnérables. Aujourd’hui, malheureusement le diagnostic de pneumonie peut parfois être retardé à cause du coronavirus car les patients se confondent des symptômes de coronavirus de ceux de la grippe . Le diagnostic et le traitement retardé peuvent entraîner la progression de la maladie et rendre le traitement plus difficile. Pour ces raisons, la maladie peut parfois progresser à un point tel qu’elle peut représenter un risque pour la vie. Les caractéristiques qui peuvent distinguer la pneumonie de la grippe sont ; la forte fièvre qui dure plus de 3 jours, les douleurs thoraciques ou dorsales. D’autres signes comprennent la toux, les expectorations colorées, les difficultés respiratoires, la respiration rapide, la fatigue, la faiblesse, les vomissements et la confusion chez les personnes âgées ou sensibles. La partie la plus importante du diagnostic est l’examen pulmonaire. Le médecin peut également utiliser des techniques d’évaluation telles que la radiographie, la tomodensitométrie, les tests sanguins et le prélèvement des expectorations pour la confirmation du diagnostic. Un traitement personnalisé doit être crée par le médecin à la fin de tous les analyses. Le problème source qui cause la pneumonie est très important dans le processus de traitement. Pour cela, le médecin essaie de contrôler la maladie avec la médication, les changements de mode de vie et le repos. Dans les cas où ceux-ci sont insuffisant, l’hospitalisation peut être nécessaire pour les patients présentant des signes d’insuffisance respiratoire. Après le traitement de la maladie, le patient peut se sentir fatigué pendant un certain temps, mais cette situation est temporaire.

La Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique( MPOC)

Koah Vimfay

La MPOC est une maladie dans laquelle la personne présente des difficultés respiratoires en raison du rétrécissement des voies aériennes telles que l’essoufflement, la toux chronique et des expectorations. Les poumons transmettent l’air frais par des canaux appelés « bronches » aux voies aériens appelés « alvéoles ». Dans ces vésicules, l’oxygène de l’air frais se mélange au sang et est distribué dans tout le corps. Cependant, dans la MPOC, les bronches et le rétrécissement alvéolaire ne peuvent pas effectuer cet échange d’oxygène. Étant donné qu’une absorption adéquate d’oxygène ne peut être obtenue à partir des poumons, une quantité suffisante d’oxygène ne peut aussi être transmise aux autres tissus du corps. Des symptômes tels que la toux avec crachat, l’essoufflement qui se développe même avec un effort léger, la respiration sifflante, l’oppression thoracique (respiratoire), la fatigue et la perte de poids peuvent être observés chez les patients souffrant de cette maladie. Bien qu’il existe des facteurs génétiques, professionnels, environnementaux et liés à l’âge qui affectent la MPOC, le plus grand facteur qui cause cette maladie est le tabagisme . Souvent, la MPOC ne montre pas de symptômes jusqu’à ce que des dommages permanents aux poumons se produisent. Néanmoins, si le patient continue à fumer malgré l’apparition de ces symptômes ou n’élimine pas d’autres facteurs environnementaux pouvant affecter la MPOC, la maladie s’aggrave progressivement. Cette attitude réduit considérablement la capacité pulmonaire du patient, ce qui commence également à endommager d’autres systèmes de l’organisme. La personne présentant des symptômes de MPOC doit consulter le médecin spécialiste pour le diagnostic avec de nombreux tests tels que la radiographie, la tomodensitométrie, les tests sanguins, la mesure de la gazométrie artérielle et le test de la fonction pulmonaire. Parmi ceux-ci, le test de la fonction pulmonaire est la méthode d’évaluation la plus importante utilisée lors du diagnostic de la MPOC, et, dans lequel les volumes et les fréquences respiratoires des patients sont déterminés, est également très important pour sa distinction des autres maladies. Le médecin confirmant le diagnostic de MPOC prépare un programme de traitement en fonction de l’état de santé général du patient, du niveau et de la cause de la MPOC. Étant donné que la MPOC est une maladie évolutive, il est important de mettre en œuvre le programme de traitement de manière efficace et régulière afin que les symptômes du patient ne s’intensifient et que des risques vitaux ne surviennent. La première étape du patient fumeur est d’arrêter le tabagisme. Le fait d’arrêter le tabagisme aura une grande importance dans la prévention de l’évolution de la maladie. Différents types de traitements médicamenteux peuvent être instaurés pour contrôler la MPOC et prévenir les symptômes. De plus, la réadaptation pulmonaire peut être appliquée par des physiothérapeutes afin d’augmenter la capacité pulmonaire avec des exercices de respiration et de fournir une décharge d’expectoration. Cependant, même si toutes ces méthodes de traitement sont appliquées avec succès et efficacité, la maladie continuera de progresser si le patient n’arrête pas le tabagisme. La MPOC est une maladie qui peut être contrôlée, mais la coopération du patient est très importante pour le processus de traitement.