Les Maladies Renales

Les reins sont généralement une paire d’organes en forme de haricot situés sous les côtés, de part et d’autre de la colonne vertébrale. Puisque leur fonction est de filtrer les déchets se trouvant dans le sang, ils peuvent révéler des résultats affectant tous les systèmes du corps. Les reins jouent en outre un rôle dans la régulation de la pression artérielle tout en affectant la quantité de liquide dans le corps. Les maladies rénales provoquent généralement des symptômes tels que la faiblesse, la fatigue, les nausées, vomissements, l’urine sanglante, l’œdème, l’hypertension et la dyspnée (essoufflement). Les types de maladies les plus courantes sont la néphrite (inflammation des reins), les calculs rénaux (Lithiase Rénale) et les infections des voies urinaires.

Néphrite

Nefrit Vimfay

La néphrite, qui est une inflammation des reins, est définie comme une affection inflammatoire résultant de lésions des tissus rénaux. La plus petite unité fonctionnelle des reins s’appelle le néphron. La néphrite est une maladie qui peut être aiguë ou chronique qui empêche les reins de poursuivre leur fonction. Dans le cas de la néphrite aiguë, les patients ont généralement des plaintes de forte fièvre, de perte d’appétit et de douleurs rénales ressenties dans la région lombaire, accompagnées de fatigue et de faiblesse. Dans le cas d’une néphrite chronique, on observe des résultats plus systémiques. La présence de sang dans les urines, l’augmentation du taux d’urée et la douleur lors de la miction font partie des signes de néphrite chronique.

La néphrite peut être due à des raisons génétiques, ainsi qu’à des infections par les bactéries de l’hépatite B, de l’hépatite C, de la bêta et du VIH ou à l’utilisation de certains médicaments. Certains facteurs qui augmentent le risque de développer une néphrite chez l’individu peuvent être listés tels qu’avoir des personnes qui procèdent la néphrite dans la famille, l’hypertension, l’obésité, le diabète et les troubles cardiaques. La néphrite peut être découverte lors des examens routines. Le diagnostic précoce de la maladie et l’initiation précoce du traitement sont très importants.

Le diagnostic est fait par des analyses d’urine et de sang. Dans l’analyse de l’urine, la présence du sang et de protéines est examinée. Dans l’analyse du sang, la créatinine et l’azote uréique du sang, qui transmet des informations sur les fonctions rénales sont examinées. Des méthodes d’imagerie par ultrasons et tomodensitométrie peuvent également être utilisées pour visualiser les dégâts dans le rein. Afin de justifier le diagnostic, une biopsie rénale peut être effectuée et le type de néphrite sera déterminé.

Pendant le traitement, certains changements peuvent être observés selon le type de néphrite. Il est possible dans le cas de de la néphrite aiguë, le patient peut être guéri sans traitement médical. Dans le cas de la néphrite chronique, l’incapacité des reins à fonctionner peut entraîner des problèmes systémiques affectant l’ensemble du corps. Quand les déchets ne peuvent pas être jeté par les reins, un traitement médical est nécessaire afin d’extraire l’excès d’eau et les déchets formés dans le corps. Les médicaments qui réduisent l’œdème et qui aident à contrôler la tension artérielle doivent être utilisé au cas de la néphrite chronique. Les valeurs du patient tel que les fonctions rénales et la tension artérielle doivent être surveillés régulièrement. Il est conseillé d’acquérir des habitudes d’activité physique régulières, de ne pas fumer et de contrôler leur poids.

Dans les cas où les lésions rénales causées par la néphrite sont irrévocables, un traitement par dialyse est utilisé si les tissus intacts ne permettent pas au patient de maintenir les fonctions rénales. La dialyse assure la fonction rénale et permet le filtration du sang.

Les Calculs Rénaux (Lithiase Rénale)

Bobrek Tasi Vimfay

Les reins assurent la filtration du sang en rejetant les déchets du corps. En raison de l’effondrement et de la cristallisation de divers minéraux dans le sang, de l’oxalate de calcium dans les reins et des calculs rénaux non microbiens composés d’acide urique ou de calculs microbiens de citrates sont aperçus. Les calculs rénaux peuvent être rejeté du corps par le canal urinaire. L’uretère peut être bloquer à cause de diverses sténoses au long de son parcours.

Les facteurs de risque de développement des calculs rénaux peuvent être ; la prédisposition génétique, la concentration urinaire supérieure, faible quantité de diluants tels que le magnésium, la glycoprotéine et le citrate dans l’urine etc. Autres causes peuvent être ; l’insuffisance de l’hydratation, une alimentation pauvre en fibres, un régime riche en protéine animale, l’insuffisance d’activité physique etc.

Les patients souffrant de calculs rénaux ont généralement des plaintes tels que des douleurs lombaires, des infections urinaires, des cas d’hématurie. Pour diagnostiquer, la radiographie (rayons X), l’échographie (USG), la pyélographie intraveineuse (IVP) et les méthodes d’imagerie par tomodensitométrie sont appliqués.

Le traitement peut varier selon la taille, la structure et la localisation de la pierre. Une surveillance régulière est importante pour les calculs rénaux dans les calices du rein. Un traitement est recommandé pour les calculs du calice qui grossissent et passent dans l’uretère. Un traitement est recommandé pour les calculs du calice qui se développent et passent dans l’uretère et pour les calculs situés au début de l’uretère dans le rein, appelé « pelvis rénal ». Des médicaments antispasmodiques et antalgiques sont utilisés pour les calculs de moins de 5 mm de diamètre. Il est aussi indispensable d’hydrater le patient extrêmement. Par conséquence, les calculs traversent l’uretère et sont expulsés. La lithotritie extracorporelle par ondes de choc (ESWL) est aussi une autre méthode fréquemment utilisée dans le traitement des calculs rénaux. Dans cette méthode, les calculs rénaux sont brisés à l’aide d’ondes sonores appliquées de l’extérieur du corps. Cette méthode brise les pierres en petits morceaux qui les permet de traverser l’uretère plus facilement. Une autre méthode est utilisée si les pierres jetées dans le canal uretère ne sont pas rejetés avec l’urine, elles peuvent être traitées à l’aide d’un appareil appelé urétroscope. L’urétéroscope permet d’atteindre les calculs en passant par l’urètre et la vessie et en pénétrant dans le canal urétéral. Les calculs atteints peuvent être minimisés en les cassant dans l’uretère. Si aucuns des méthodes situées au-dessus n’est suffisante, le patient devrait avoir recours à une intervention chirurgicale appelée « la néphrotomie percutanée ». Cette chirurgie est réalisée par une petite incision d’environ 1 centimètre dans le dos.

L’infection Urinaire

Idrar Yolu Enfeksiyonu Vimfay

Les infections urinaires sont des infections qui se produisent dans différentes parties du système urinaire, tels que les reins, la vessie et les voies urinaires. Ainsi, une infection dans le canal qui transporte l’urine à la vessie s’appelle « l’urétrite », l’infection dans la vessie ; « la cystite », l’infection qui affecte la plus petite unité fonctionnelle du rein qui est le néphron ; « la pyélonéphrite ». La plus courante est le type d’infection dans laquelle la vessie est touchée, appelée cystite.

La cause la plus commun de ces infections urinaires sont les bactéries externes qui pénètrent le corps. Le type de bactérie le plus fréquent qui cause ces infections est appelé le colibacille. Les agents pathogènes tels que l’herpès sexuellement transmissible et le gonocoque peuvent également causer ces infections. Les symptômes de ces infections sont ; inflammation, douleur, urine odorante, miction fréquente, petite quantité de miction, sang dans l’urine, fièvre, vomissement et nausée. Le diagnostic se fait par la culture d’urine pour repérer les bactéries et les cellules de défense causant l’infection, par le sang présent dans l’urine, par l’analyse d’urine, par la cystoscopie qui permet l’examen des voies urinaires et de la vessie ou par l’échographie rénale et vésicale. La cystoscopie est une méthode spéciale qui permet de visualiser la vessie et les voies urinaires. Cette méthode permet d’examiner en détail les calculs vésicaux, les tumeurs de la vessie et les conditions inflammatoires. La raison pour laquelle les femmes ont davantage plus tendance à cette infection est à cause des courtes voies urinaires qu’elles possèdent ; les bactéries peuvent atteindre plus facilement la vessie femelle. Puisque la cause principale de cette infection sont les bactéries, le traitement commence généralement avec des antibiotiques. La dose et la durée de ce traitement sont déterminées par le médecin en fonction de l’état du patient. Il est indispensable de suivre ces remèdes avec l’antibiotique : l’hydratation fréquente, le nettoie de la région intime d’avant en arrière, l’urination selon le besoin, le changement fréquent des serviettes hygiéniques, l’évitement des sous-vêtements serrés et contenant du polyester, la consommation modérée des boissons telles que l’alcool, le café, le thé qui peuvent endommager la vessie. Si la cystite n’est pas traitée malgré l’utilisation des antibiotiques, des examens plus avancés doivent être fait afin de trouver la cause sous-jacente.