La Neurologie

La neurologie est la branche qui étudie le système nerveux et les maladies neurologiques. Dans ce domaine, les processus de diagnostic et de traitement des maladies telles que les accidents vasculaires cérébraux (AVC), la sclérose en plaques (SEP), la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, l’épilepsie, la migraine, les troubles du sommeil, les troubles du mouvement, les tumeurs cérébrales, la méningite, les vertiges, les maladies neuromusculaires et les neuropathies de piégeage sont pratiquées par des examens électrophysiologiques tels que l’examen neurologique, les méthodes d’imagerie radiologique, l’électroencéphalographie (EEG) et l’électromyographie (EMG). Les symptômes des maladies neurologiques sont généralement des maux de tête, des étourdissements, une faiblesse et des troubles cognitifs.

La Maladie de Parkinson

Parkinson Vimfay Scaled

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative progressive due à un problème du groupe de neurones produisant la dopamine. Les cellules productrices de dopamine (substantia nigra) dans le cerveau assurent la coordination des mouvements de l’individu et l’action adéquate. Les symptômes les plus importants de la maladie de Parkinson, qui affecte les cellules productrices de dopamine sont ; le ralentissement des mouvements (bradykinésie), la difficulté à initier les mouvements (akinésie) et la rigidité dans les muscles.

La cause de la maladie de Parkinson peut survenir par l’exposition à divers produits chimiques et au mercure ou à des facteurs génétiques. Les personnes cette maladie s’adressent souvent à la clinique avec des plaintes telles que la fatigue, la douleur, la perte de poids, les troubles du comportement, les troubles psychologiques et cognitifs. Les signes caractéristiques de la maladie sont les tremblements, la bradykinésie et l’akinésie. Les symptômes de la maladie apparaissent progressivement et continuent à progresser de plus en plus avec le temps. Les tremblements se présentent généralement dans les mains, les pouces et le menton, mais peuvent aussi rarement être aperçus dans des différentes parties du corps. La bradykinésie survient lorsqu’il est difficile d’initier et de maintenir un mouvement en provoquant une diminution des mimiques et un discours rapide sans intonation. . Il existe d’autres découvertes systémiques dans la maladie de Parkinson.

Le diagnostic de la maladie de Parkinson est fait avec une anamnèse détaillée et un examen neurologique. Pour un diagnostic plus distinctif, des méthodes telles que l’imagerie par résonance magnétique et la ponction lombaire (élimination du liquide céphalo-rachidien entre les vertèbres lombaires) sont appliquées.

La première étape du traitement de la maladie de Parkinson est le traitement médical. La quantité de dopamine, dont la production a diminué dans le cerveau, est tentée d’être remplacée par les médicaments. Puisque la dopamine ne peut traverser la barrière hémato-encéphalique, les patients reçoivent des médicaments contenant le principe actif de la lévodopa (L-dopa) au lieu celle-ci. Bien que la maladie ne puisse être complètement guérie par un traitement médical, la progression des symptômes peut être ralentie. Cependant, les médicaments utilisés pendant une longue période peuvent également avoir des effets secondaires. Dans ces cas, un traitement chirurgical et l’implantation d’un stimulateur cérébral peuvent être recommandés. Dans la chirurgie de stimulation cérébrale, l’activité électrique est régulée au moyen d’électrodes placées dans des zones prédéterminées avec les examens effectués dans le cerveau. Après une chirurgie de stimulation cérébrale, les signes de Parkinson tels que les tremblements et la bradykinésie diminuent. De plus, les patients sont libérés des effets secondaires tels que les contractions involontaires associées à l’utilisation de la lévadopa.

Les Accidents Vasculaires Cérébral (AVC)

Inme Vimfay

L’AVC est une maladie qui se développe en raison de troubles dans les artères qui irriguent le cerveau. Lorsque le flux sanguin dans les artères diminue, la nutrition du cerveau est perturbée et apparait une perte de cellules cérébrales. L’AVC qui se développe en raison des artères bouchées est appelé « l’AVC ischémique », tandis que l’AVC qui se développe en raison de rompement ou de l’éclatement des artères est appelé « l’AVC hémorragique ». L’AVC ischémique est plus courant par rapport à l’AVC hémorragique et est causé par le rétrécissement des artères. En revanche, l’AVC hémorragique peut se développer en raison de l’hypertension, d’un traumatisme crânien (TC), de l’utilisation des anticoagulants à long terme ou de ruptures des anévrismes. Les résultats de l’image de l’AVC varient en fonction de la région du cerveau affectée.

Les accidents vasculaires cérébraux sont plus fréquents chez les personnes souffrant d’hypertension et de diabète, les fumeurs et les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires. Il est observé qu’à la suite d’un accident vasculaire cérébral, par rapport au dégrée et à la partie touchée du cerveau, divers degrés d’implication motrice et sensorielle, des troubles cognitifs, des troubles de l’humeur et des douleurs peuvent se développer. Les patients éprouvent souvent des engourdissements et des paralysies dans certaines parties de leur corps tels que des troubles de la marche et de la participation aux activités quotidiennes selon la localisation de l’atteinte motrice . De plus, les patients peuvent avoir des problèmes d’élocution et de compréhension tels que l’aphasie.

Pour le diagnostic d’AVC, un examen neurologique doit être effectué. Après cette étape, le trouble artériel dans le cerveau est évalué avec des méthodes d’imagerie telles que la tomodensitométrie ou l’imagerie par résonance magnétique. Ces méthodes aident à déterminer le type d’AVC et les zones du cerveau affectées.

La thérapie médicale est utilisée de manière aiguë dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux. Pour le traitement de l’AVC ischémique, des médicaments sont appliqués pour ouvrir les occlusions vasculaires afin de restaurer la nutrition du cerveau. Selon la taille de la zone affectée, la veine occluse peut être ouverte à l’aide d’un cathéter. Pour le traitement de l’AVC hémorragique, un traitement chirurgical peut être favorisé selon l’étendue de la zone affectée. S’il y a une lésion sur le côté droit du cerveau, la paralysie est observée sur la moitié gauche du corps. En revanche, s’il y a une lésion sur le côté gauche du cerveau, la paralyse est observée sur la moitié droite du corps. La paralysie flasque est remarquée dans la période aiguë après un AVC ; c’est la perte de mouvement volontaire dans le tonus musculaire, ainsi, le côté paralysé est devenu plus sévère. La paralysie spastique se développe généralement après la période flasque. C’est une paralysie complète ; les muscles se contractent de façon excessive involontaire et les parties affectées peuvent apparaitre dans différentes positions que le normal.

Le contrôle de l’obésité, de l’hypertension et du diabète, la régulation de l’alimentation et l’acquisition d’habitudes d’activité physique régulières sont très importants pour la prévention des accidents vasculaires cérébrales.

La Maladie d’Alzheimer

Alzheimer Vimfay

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui apparait avec le vieillissement et est un trouble de dysfonctionnement cognitif irréversible. Avec la sénilité, les cellules nerveuses et les tissus cérébraux s’abiment progressivement. Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer s’adressent souvent à la clinique avec des plaintes d’oublis. Les symptômes de la maladie sont ; la perte de mémoire, les changements de comportement, les troubles de la parole et de l’orientation. Les interactions bidirectionnelles des neurones assurent le bon fonctionnement de toutes les fonctions cognitives. Les perturbations et les dommages aux neurones affectent différentes parties du cerveau, provoquant l’apparition de différents symptômes. Les processus cognitifs tels que la planification, la réflexion, l’apprentissage et le développement de nouvelles compétences sont endommagés par cette maladie. Les facteurs de risque associés à la maladie d’Alzheimer sont ; la vieillesse, le sexe féminin, les facteur environnementaux et la génétique.

L’anamnèse recueillie auprès des proches du patient est très importante dans le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Les fonctions cognitives du patient sont évaluées à l’aide du Mini Mental Test, qui est l’un des tests neuropsychologiques les plus couramment utilisés. Ce test permet aux patients de mesurer les perceptions du temps et de l’espace, l’apprentissage, la mémorisation et la dénomination avec des données numériques. Il existe aussi d’autres tests neuropsychologiques. L’électroencéphalographie (EEG), qui est l’une des méthodes d’évaluation neurophysiologique, est aussi utilisée dans le diagnostic de la maladie. D’autres méthodes d’imageries telles que la tomodensitométrie (TDM) et la résonance magnétique (IRM) sont utilisées pour détecter les zones endommagées du cerveau. De plus, la ponction lombaire (prélèvement de liquide céphalorachidien entre les vertèbres lombaires) est aussi utilisée pour le diagnostic précoce.

La thérapie médicale est souvent favorisée dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Malheureusement, la maladie d’Alzheimer est une maladie irrévocable et évolutive. Cependant, les médicaments utilisés permettent un traitement symptomatique. Certains changements de style de vie doivent être apportés à partir du moment où le patient est diagnostiqué. Les exercices qui contribueront à améliorer leurs capacités mentales doivent être appliqué (les thérapies par exercice cognitif, les exercices de mémoire et l’activité physique régulière etc.). Les régimes alimentaires des patients doivent être réorganisés ; ils doivent être nourris avec une alimentation riche en fibres et ne doivent pas consommer de produits laitiers.

Les proches des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer doivent prendre soin des patients tout au long du procès avec patience. Les problèmes de communication croissants peuvent permettre aux patients de se sentir seuls. C’est pour cela qu’il est très important de garder une communication efficace avec le patient. Les proches des patients doivent également être préparés à des problèmes tels que la colère et l’agressivité qui peuvent survenir aux derniers stades de la maladie.