La Gynécologie Obstétrique

Le domaine de la gynécologie et obstétrique examine tous les problèmes de santé des femmes de chaque âge. Des pratiques liées à la grossesse (le suivi, les tests, etc.), du diagnostic et du traitement de toutes les infections affectant la santé de la femme et des cancers observés dans le système reproducteur féminin sont effectués dans ce domaine. Des méthodes telles que le test de frottis, l’échographie, l’examen gynécologique, l’analyse de sang et d’urine sont utilisées dans l’examen de ces maladies.

Le Cancer du Col de l’Utérus

Rahim Agzi Kanseri Vimfay

Le cancer du col de l’utérus est l’un des types de cancer les plus courants chez les femmes. Une formation cellulaire anormale est observée au début de la maladie lorsque les cellules à la surface du col de l’utérus (où l’utérus s’ouvre sur le vagin) subissent des modifications. Quand les cellules anormales qui se formant ne sont pas remarquées, elles peuvent se transformer en cellules cancéreuses à la longue. L’adénocarcinome et le carcinome épidermoïde sont les tumeurs du col de l’utérus les plus courantes. L’adénocarcinome est un type de cancer plus difficile à diagnostiquer par rapport au carcinome épidermoïde.

Les facteurs de risque du cancer du col de l’utérus sont ; le virus du papillome humain (VPH), le tabagisme, le vieillissement, les naissances multiples, les prédispositions génétiques, les activités sexuelles, l’alimentation, la faiblesse du système immunitaire, etc . Le papillome humain est la cause la plus fréquente de cancer du col de l’utérus. C’est une infection généralement asymptomatique et compte plusieurs types. Les papillomes humains de type 16 et de type 18 sont les types les plus couramment associés au cancer du col de l’utérus.

Le diagnostic du cancer du col d’utérus est souvent réalisé lors des tests du papillome humain et les frottis cervicaux par coïncidence. Pour cette raison, un dépistage régulier par frottis et un test du papillome humain peut aider à prévenir la progression en détectant les lésions qui ne se sont pas encore transformées en cancer. La méthode de colposcopie et la biopsie sont appliquées pour un examen plus détaillé aux personnes dont les résultats des tests de frottis sont considérés comme suspects.

Les patients atteints d’un cancer du col de l’utérus s’adressent à la clinique avec des plaintes telles que la douleur, l’écoulement malodorant, le saignement après un rapport sexuel ou la perturbation du cycle menstruel. Dans les cas où le cancer du col de l’utérus progresse et produit des métastases dans des tissus distants, des symptômes tels que des douleurs dorsales et lombaires, une perte d’appétit et de poids, un œdème, de la fatigue et une faiblesse peuvent apparaitre.

Le traitement du cancer du col de l’utérus dépend du niveau de sa progression. La première étape est généralement un traitement chirurgical. Selon la propagation du cancer, l’utérus peut être partiellement ou complètement enlevé. De plus, les ganglions lymphatiques utérins peuvent être retirés pour empêcher une propagation ultérieure. Un plan de traitement consistant en une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie est généralement appliqué aux stades avancés du cancer.

Il est recommandé que les individus soient vaccinés contre le virus du papillome humain (VPH) pour se protéger contre le cancer du col de l’utérus. Il est également important d’être protégé contre les facteurs de risque qui peuvent causer la maladie.

L’Incontinence Urinaire

Uriner Inkontinans Vimfay 1

L’incontinence urinaire est la perte ou la fuite involontaire des urines. C’est une incontinence souvent observée chez les femmes en raison de la détérioration du tonus et de la position de la vessie après l’accouchement ou les chirurgies utérines. Cela peut aussi être observé chez les hommes après les chirurgies de la prostate.

Les causes courantes de l’incontinence urinaire sont ; le vieillissement, la constipation et toux chroniques qui provoquent l’obésité et l’augmentation de la pression intra-abdominale, les blessures d’accouchement et les problèmes des voies urinaires. Avec l’âge, les mécanismes qui permettent la rétention urinaire peuvent graduellement perdre leur effet. Les facteurs qui augmentent la pression intra-abdominale, en affectant les muscles du plancher pelvien ainsi que le diaphragme, provoquent une tension continue sur le plancher pelvien et les causent aux muscles de ne plus fonctionner correctement. L’obésité agit également de manière similaire à une augmentation de la pression intra-abdominale. Des problèmes tels que des calculs dans l’uretère, des calculs rénaux, des infections des voies urinaires observés dans les voies urinaires peuvent provoquer cette incontinence.

Il existe quatre types d’incontinence urinaire : l’incontinence d’effort, l’incontinence par impériosité, l’incontinence par regorgement et l’incontinence de type mixte. L’incontinence d’effort est l’incapacité de retenir l’urine dans toute situation qui augmente la pression intra-abdominale (toux, éternuements, effort, soulèvement des objets lourds, etc.). L’incontinence par impériosité est une incontinence urinaire avec une envie soudaine d’uriner. L’incontinence par regorgement est un problème d’envie retardée ou absente d’uriner ; même si la vessie est pleine, le patient ne ressent aucune gêne et l’incontinence urinaire se manifeste généralement sous forme de fuites.

Les patients souffrant d’incontinence urinaire s’adressent généralement à la clinique avec des plaintes telles que des mictions fréquentes, des infections des voies urinaires et des douleurs pendant la miction. Le diagnostic d’incontinence urinaire peut être posé par de nombreuses méthodes différentes telles que la cystométrie, la cystoscopie (fibroscopie vésicale), l’analyse d’urine, l’échographie (ultrason), l’électromyogramme (EMG). L’évaluation par cystométrie est faite en mesurant la pression intra-vésicale. La cystoscopie est une méthode utilisée pour visualiser la vessie et l’urètre. Dans l’évaluation électromyographique, le tonus et la localisation des muscles qui assurent la continence (rétention d’urine) sont examinés. L’analyse d’urine est faite pour examiner la présence d’infections des voies urinaires.

Pour traiter l’incontinence urinaire, un traitement médical et des méthodes chirurgicales peuvent être utilisés. La méthode de traitement varie selon le type d’incontinence. Chez les patients souffrant d’incontinence d’effort, une intervention chirurgicale est souvent pratiquée et un élement de soutien est placé autour de l’urètre. Dans le traitement de l’incontinence par impériosité, divers exercices du plancher pelvien (exercices de Kegel) sont recommandés principalement pour renforcer ces muscles.

La Grossesse et l’Accouchement

Gebelik Ve Dogum Vimfay

Bien que l’accouchement soit un événement physiologique normal, c’est un processus qui nécessite un suivi médical et des interventions appropriées en cas de besoin. Les interventions visant à résoudre les problèmes rencontrés pendant la grossesse et l’accouchement peuvent ramener le processus à la normale. Les femmes enceintes sont évaluées tout au long de leur grossesse et leurs besoins sont déterminés. Le mode d’accouchement de la femme enceinte est décidé pendant la période approximative de l’accouchement.

La grossesse devrait s’étendre de la période de planification à la période puerpéralité avec un suivi médical. Les éléments à considérer avant de tomber enceinte peuvent être répertoriés comme l’état de santé général de la mère, l’état des grossesses précédentes, les maladies antérieures, les maladies génétiques et les médicaments utilisés. La santé de la femme enceinte est très importante pour le développement du bébé. L’examen de grossesse comprend généralement un test sanguin, une analyse d’urine et d’autres analyses spéciales. Le triple test de dépistage et le test de tolérance au glucose par voie orale sont également des évaluations fréquemment effectuées. Ce test est utilisé dans l’évaluation des anomalies chromosomiques et des troubles génétiques, entre 16 et 18 semaines de grossesse qui est fait entre les semaines . Le test oral de tolérance au glucose est un test appliqué à 24 semaines chez les patientes atteintes de diabète gestationnel . Il existe également des procédures de routine pour le suivi de la grossesse. Il existe également des applications de routine pour le suivi pendant la grossesse telles que surveillance du poids, la mesure de la pression artérielle, le contrôle de l’œdème, l’écoute du rythme cardiaque fœtal et le contrôle de la position fœtale.

Pendant la grossesse, les femmes enceintes auront souvent des plaintes telles que des nausées, des vomissements, de la constipation, des mictions fréquentes, des pertes vaginales (glaire cervicale), un œdème dans certaines parties du corps, des crampes aux jambes, des douleurs articulaires, des douleurs dorsales, une pression pelvienne, la sensibilité des seins et d’autres inconforts.

Les futures mères doivent faire attentions à plusieurs choses pendant la durée de leurs grossesses. Le tabagisme chez les femmes enceintes peut causer des bébés de faible poids à la naissance. Le choix de vêtements confortables et amples est important. À chaque période de grossesse, il est nécessaire de pratiquer une activité physique appropriée en tenant compte de certaines conditions. L’exercice régulier permet au corps de s’adapter plus facilement au changement de poids et au changement du niveau d’activité métabolique. Parallèlement, une formation de préparation à la naissance avec des exercices d’accouchement, de renforcer les muscles à utiliser lors de l’accouchement doit être pratiqués.

Il existe certaines urgences qui nécessitent une attention pendant la grossesse et de consulter un médecin. Dans les cas importants tels que les saignements vaginaux, les fuites d’eau, les évanouissements, la fièvre restante, les maux de tête sévères, les douleurs dorsales sévères et la diminution des mouvements habituels du bébé, il est nécessaire de s’adresser immédiatement à un établissement de santé.